J’ai pas mal parlé ici du bonheur – plus ou moins grand – de devenir mère. C’était il y a un an et cinq jours. Babychou a vu le jour un mercredi à 15h. Il faisait beau, les feuilles sur les arbres étaient rouges et le ciel était bleu et grand comme il ne sait l’être qu’au Québec.

Il y a cinq jours, donc, nous avons fêté le premier anniversaire de Babychou, en France. Et il y a quatre jours, nous avons remis ça. Et avant cela, comme toute la famille française était réunie, nous avons fait un before. Hélas, à chaque fois, Babychou a eu peur de la bougie. J’ai même tenté le coup de la bougie sur une Danette au chocolat, peut-être moins impressionnante que sur un gros gâteau au chocolat, en vain.

Et quand tout le monde s’est mis à chanter «Joyeux anniversaire», il s’est mis à pleurer en faisant sa petite tête «j’ai peur, j’ai peur, j’ai peur». On a essayé de l’avoir en chantant la version québécoise – le Québec est son pays après tout – «Bonne faïïïïte Babychou», toujours peur. Même échec en anglais.

Alors on a décidé de remettre ça ce week-end avec ses petits copains, chez lui, histoire de chasser cette phobie. Après on arrêtera. Faudrait pas non plus qu’il soit traumatisé à vie.